Stade Bauer Saint-Ouen
Si le panneau "Stade Municipal" a été remplacée par "Stade Bauer", on ne connait pas vraiment le nom officiel ! (Photo Gilles Saillant)

Si le stade municipal de Saint-Ouen est communément appelé « Bauer », l’enceinte du Red Star n’a jamais été officiellement nommée.

En ce jour anniversaire de l’appel du 18 juin 1940, il était important de mettre à l’honneur une personne qui a lutté pour la liberté de la France durant la deuxième guerre mondiale. Et le stade le plus emblématique qui porte le nom d’un résistant est sans conteste celui du Red Star à Saint-Ouen.

Le Stade Bauer en 2020 (Photo Philippe Le Brech)

Inauguré le 24 octobre 1909, le stade de Saint-Ouen, situé à l’époque rue de la Chapelle, a été nommé stade de Paris à partir de 1922. Puis la mairie a décidé de l’appeler stade municipal dans les années 1960. C’est d’ailleurs toujours le nom officiel de l’enceinte de la commune de Seine Saint-Denis que tous les fans de foot connaissent plutôt sous l’appellation de stade Bauer.

La construction de la tribune principale du stade en 1922. (Photo Gallica – BNF)

« Le nom de Bauer est arrivé dans le langage courant il y a une vingtaine d’année, explique Gilles Saillant, Audonien de toujours et spécialiste du Red Star. Mais à cette époque-là, c’était plus qu’un stade. C’était le lieu de beaucoup de manifestations populaires. » Le stade municipale de Saint-Ouen tient donc son nom – ou son surnom – de la rue qui borde son entrée principal. Car la rue de La Chapelle est devenue Rue du docteur Bauer en octobre 1944.

Originaire des Vosges, Jean-Claude Bauer s’est installé comme médecin à Saint-Ouen en 1937. Mobilisé en 1939 pour combattre les Allemands, il a été fait prisonnier en 1940 avant de s’échapper et de reprendre ses activités tout en intégrant la résistance. Membre du parti communiste, il créé deux revues clandestines, La Pensée libre et Le Médecin français. Mais il a été interpellé par la brigade spéciale de la Préfecture de Police de Paris le 2 mars 1942 puis fusillé au Mont-Valérien le 23 mai 1942.

Aujourd’hui, son nom subsiste notamment grâce à ce stade mythique du football français. Car si jean-Claude a sûrement été oublié, Bauer reste un nom que tous les fans de football connaissent partout dans l’Hexagone. Un bien bel hommage pour cet homme qui s’est battu pour la liberté !

Le stade de Paris en 1969 ! (Photo DR)
PARTAGER