FC Villefranche Beaujolais
Le FC Villefranche Beaujolais

A l’occasion du match aller du barrage Ligue 2/National, Villefranche s’est incliné 3-1 sur sa pelouse face à QRM, compromettant ses chances d’accession. Le milieu de terrain caladois Rémi Sergio ne voulait pour autant pas s’avouer vaincu d’avance alors qu’il reste encore un match retour à disputer en Normandie. Il s’est confié au micro de BeIN Sport après la rencontre.

Les Caladois ont fait jeu égal avec leurs adversaires ce mardi soir mais le résultat final est pourtant sans appel. Pour Rémi Sergio, l’analyse est simple : « On a 3-4 occasions on ne les mets pas. Eux ils en ont deux, ils en mettent deux. C’est ce qui fait la différence aujourd’hui. »

Le plan de Quevilly était pourtant connu, si ce n’est craint. Mais cela n’a pas suffi pour en empêcher la réalisation. « Ils avaient un schéma de jeu, nous laisser le ballon et marqué sur coup de pied arrêté. On s’était dit que vu leurs gabarits, ils allaient miser là-dessus. C’est le haut niveau, on prend trois buts sur coup de pied arrêté, donc ce sont des erreurs de concentration. La chose positive, c’est que ce sont des erreurs que l’on peut corriger »

Il faudra faire vite pour le faire et trouver des solutions. Le match retour est déjà dimanche et le retard à combler est conséquent. « On savait très bien qu’on serait à la moitié du chemin, on aurait préféré que l’issue soit inversée, analyse celui qui a disputé 28 matchs avec son équipe cette saison. L’année dernière on a gagné 3-1 et ensuite on a perdu 2-0 ». Cela lui permet entre autres de garder bon espoir quant à la suite des évènements : « Je sais qu’avec mon équipe on peut gagner 2-0 là-bas, je leur donne rendez-vous dimanche ». Il faudra même marquer trois fois pour voir la Ligue 2 la saison prochaine…

SHARE