Fabien Mercadal
Fabien Mercadal (ici sur le banc du SM Caen) espère que QRM va garder sa place en Ligue 2. (Photo Philippe Le Brech)

Avant d’affronter le FC Villefranche Beaujolais, Fabien Mercadal s’est confié en conférence de presse.

C’est de manière plutôt décontractée que Fabien Mercadal s’est présenté à la conférence de presse. Devant les micros, il a semblé serein, sans pour autant prendre à la légère ce match qui définira l’avenir du club normand. « On aurait pu se maintenir avant, mais on s’est aussi donné une chance de le faire maintenant » analyse-t-il, avant de rappeler le risque de ces barrages : « on peut être éliminé ».
Le natif de Manosque a conscience de la saison difficile qu’a passée son équipe.

Malgré 40 points glanés en 38 journées, ses hommes n’ont pu accrocher autre chose que cette place de barragiste échouant à 3 petits points de Rodez. Avec 0,87 but par match en moyenne, le club de la métropole de Rouen va devoir puiser dans ses ressources pour accrocher un résultat sur le terrain du stade Armand Chouffet. « Il faut jouer au foot et prendre le match minutes par minutes, insiste-t-il. On est compétiteur, il faut garder son calme, être intelligent et ne pas déjouer. »

« Savoir si le 18e de Ligue 2 est meilleur que le 3e de National »

Il a également tenu à rassurer sur l’état d’esprit de ces joueurs avant cette rencontre. « Dès la fin de match contre Caen, on a évacué la frustration et parlé du barrage. » Cela a notamment permis d’aborder le match face à Dunkerque comme un « match test » pour ces barrages, ce qui n’a pas pour autant convaincu l’entraîneur Normand : « Si on pense que l’on peut se contenter de la première mi-temps qu’on a fait face à Dunkerque, on se trompe. »

Comme son homologue caladois Hervé Della Maggiore, Fabien Mercadal a bien supervisé son adversaire. « C’est une équipe qui a fait le choix du jeu, Si Villefranche a fini 3e ce n’est pas pour rien, comme pour nous qui avons fini 18e ce n’est pas pour rien. » Cependant, il pense avoir trouvé une faille chez les pensionnaires de National. « Elle a un projet de jeu en place, mais qui ne pourrait pas exister sans individualités. » Il pose également une réserve sur le barrage de l’an passé : « Est qu’ils vont l’utiliser comme un barrage d’expérience ou est-ce que ça va leur tomber dans la tête ? »

Pour gagner ce barrage, Fabien Mercadal compte s’appuyer sur un groupe qui évoluait dans le monde professionnel cette année. « La question c’est de savoir si le 18e de Ligue 2 est meilleur que le 3e de National. » Mais pour l’entraîneur du pensionnaire de Ligue 2, « tous les matchs sont compliqués ».  

SHARE