Racing CFF 1
Le Racing Club de France a gardé tout son effectif. (PHoto Philippe Le Brech)

De retour au quatrième niveau national après 12 ans d’absence, le Racing Club de France sera ambitieux afin de continuer son retour au premier plan.

« Après la réception de Chambly, on se déplace au Racing. Ce n’est pas vraiment un promu comme les autres. » Ces paroles sont de Papy Leye, l’entraîneur des Voltigeurs Châteaubriant, au moment d’évoquer son début de championnat. Et il n’a pas tout à fait tort puisque le Racing Club de France est un club très particulier, entre ses nombreux changements de noms (11) et un palmarès rare à ce niveau (un titre de champion de France et cinq coupes de France).

Un retour en National 2, douze ans après son dernier passage à ce niveau, qui a été logique. « La saison précédente avait été arrêtée en raison de la pandémie, alors que nous étions déjà premiers, rappelle Patrick Norbert, le président du Racing depuis 2018. Nous ne savions pas si nous serions capables de reproduire le même parcours. Une saison peut ne pas ressembler à la précédente, c’est d’ailleurs souvent le cas. Mais la saison dernière a été en tout point exceptionnelle. Même dans nos projections les plus ambitieuses nous n’avions pas imaginé un tel parcours. »

« L’histoire du Racing dicte son ambition »

Le Racing Club de France a en effet été la première équipe championne de son groupe de National 3 en avril dernier. Et le RCFF a gardé l’essentiel de son effectif. « Tous nos joueurs ont résigné, y-compris notre buteur Balamine Savanne (19 buts), que nous avons libéré de son engagement sans contrepartie, pour lui permettre de partir vivre une expérience exceptionnelle en première division bolivienne, fidèles à une promesse faîte, souligne l’ex-président d’Angers SCO (203-2006). Nous recrutons au compte-goutte. Le premier critère auquel nous attachons une attention particulière est l’état d’esprit, vient ensuite le caractère propre du joueur, sa capacité à prendre ses responsabilités sur le terrain, et enfin sa complémentarité à son poste avec le reste du groupe. »

L’ancien producteur de cinéma est d’ailleurs ambitieux pour ce club historique. « L’histoire du Racing dicte son ambition, affirme Patrick Norbert. Nous n’avons pas besoin de forcer le trait. Nous allons prendre notre temps, mais notre détermination est grande à franchir une à une les étapes qui nous séparent du très haut niveau. Le passé du Racing réclame qu’il en soit ainsi. Je ne dispose pas de boule de cristal pour savoir le temps que cela nous prendra, mais nous saurons être patients. »

>>> Retrouvez notre interview exclusive de Patrick Norbert dans FootAmateur Le Mag n°4 !

SHARE