Photo DR

En mai 2017, un match avait tourné à la bagarre générale lors d’un tournoi à Saint-Armel (Ille-et-Vilaine). L’arbitre et deux joueurs ont été condamnés par le tribunal correctionnel.

« J’ai frappé dans la tête de l’arbitre comme dans un ballon. » Ce joueur de football a été très clair lors de sa déposition auprès de la Police. Avec un de ses coéquipiers et l’arbitre de la rencontre, ils sont passés au tribunal correctionnel de Rennes mercredi après-midi. La cause ? Un match lors du tournoi de Saint-Armel (Ille-et-Vilaine) le 25 mai 2017 qui a dégénéré.

Une équipe « dissipée par l’alcool », comme les organisateurs du tournoi l’ont affirmé aux forces de l’ordre, a perdu son match. Ses joueurs n’ont pas arrêté de contester les décision arbitrale et la défaite n’est pas vraiment bien passée. Un des joueurs – plutôt aviné – est venu poser son front contre celui du directeur de jeu qui lui a mis un coup de tête pour se défendre. Sauf que ce geste a envenimé les débats et l’arbitre a pris un coup de poing à côté de l’oreille, avec cinq points de suture à la clé, puis le fameux coup de pied dans la tête.

De nouveau au tribunal en mai 2019 !

Les protagonistes se sont donc retrouvés devant le tribunal correctionnel. « Ce jour-là, je ne sais pas ce qu’il s’est passé » s’est interrogé l’arbitre, victime et prévenu à la fois. Les avocats de la défense l’ont néanmoins chargé : « On ne peut pas sanctuariser la position de l’arbitre » a assuré un des avocats. Car la mission de service public s’applique aussi dans les deux sens… « C’est tout de même un arbitre qui a donné un coup de tête, lors d’un événement sportif  » a d’ailleurs indiqué le Ministère Public.

Sauf que les joueurs ont peut-être été un peu loin. «  Ils ont même essayé d’agresser ma femme et ma fille après le match » a précisé l’arbitre. Ce qui ne l’a pas empêché d’être condamné à trois mois de prison avec sursis. Les deux joueurs ont été condamné à huit mois de prison avec sursis avec une interdiction de stade pendant un an.

Le joueur victime du coup de tête et l’arbitre se retrouveront en mai 2019 au tribunal correctionnel pour la partie civile, c’est à titre la partie dommages et intérêts. A noter que l’arbitre a tout de même 1500 € de provision de la part des deux footballeurs. Mais au final, c’est le sport qui ne sort pas grandit de cette histoire… surtout pour un tournoi de fin de saison !

PARTAGER