Les statistiques du nombre d’arbitres par Ligue montre de gros écarts entre les différentes Régions. Six d’entre-elles possèdent moins d’un arbitre pour 100 licenciés.

Chaque week-end, certaines compétitions ne sont pas couvertes par des arbitres, notamment dans les championnats de District. Plusieurs Ligues ne peuvent pas non plus désigner des arbitres assistants sur certains championnats. Malgré le fait que de nombreux officiels doublent le samedi et le dimanche, la pénurie d’arbitres est palpable sur certaines régions. Seules huit Ligues sur les treize de la Métropole comptent ainsi un arbitre ou plus pour cent licenciés.

Les deux Ligues les plus touchées sont les Pays de la Loire (0,868) et Paris Île-de-France (0,803). « On est vraiment en difficulté, confirme Didier Esor, le président délégué de la Ligue Pays de la Loire. C’est un énorme problème qu’on essaye de gérer, notamment sur la durée de carrière des arbitres. » Le constat est en effet cinglant puisque un jeune arbitre sur trois arrête au bout de la première année.

« On a en aussi remarqué que des stagiaires arrêtent en cours de saison, signale Mickaël Chevalier, président de l’UNAF Pays de la Loire. C’est principalement du aux incivilités qu’ils subissent sur les terrains. Mais on a aussi des arbitres expérimentés qui jettent l’éponge. C’est plus inquiétant ! » Si le statut de l’arbitrage a été bénéfique pour éviter une trop grande érosion du nombre d’arbitres, il a néanmoins un effet pervers.

« Des clubs ont de gros besoins le week-end ! »

« On a des clubs qui envoient des stagiaires seulement pour être en conformité avec le statut de l’arbitrage et ne pas être pénalisé, concède Damien Groiselle, président de l’UNAF Paris Île-de-France. On a ainsi porté une proposition pour qu’un arbitre ne compte qu’au bout de la première année, ce qui éviterait des arrêts en cours de saison. Car il faut gérer le turnover. » Si sa Ligue est la dernière de ce classement, c’est aussi la plus grande de France avec 265 846 licenciés en 2017-2018. « Notre Ligue a une vraie politique afin d’augmenter le nombre d’arbitres même si ça ne se voit pas forcément sur le terrain » ajoute-t-il.

Au-delà du statut de l’arbitrage, il est nécessaire que les clubs se rendent compte de l’importance de la formation des arbitres. Et notamment les plus gros. « Ce qui est paradoxal, c’est que certains clubs possèdent plusieurs arbitres mais leurs matchs de championnat ne sont pas couverts » précise Mickaël Chevalier. « On a des clubs qu ont juste le nombre d’arbitres pour le statut de l’arbitrage mais ils ont de gros besoins tous les week-ends avec des équipes qui jouent en championnat de Ligue » souligne Didier Esor.

Par exemple, un club qui possède deux équipes seniors en championnat de Ligue n’aura besoin que de trois ou quatre arbitres pour être couvert. Sauf que s’il possède une équipe jeune ou deux dans chaque catégorie dans un championnat régional, ses besoins en arbitres sont deux ou trois fois supérieurs à ce qu’il fournit. Mais alors quelles sont les solutions ?

Un gros travail des bénévoles dans le Grand-Est

« Ce serait bien de faire évoluer le statut d’arbitre-joueur, reconnaît Mickaël Chevalier. Car aujourd’hui un joueur ne peut pas être arbitre. Or certains joueurs pourraient faire quelques matchs dans la saison, ce qui serait bénéfique. » De nombreuses actions sont régulièrement mises en oeuvre mais ça ne suffit pas forcément. A l’inverse de Pays de la Loire et Paris Île-de-France, la Ligue du Grand-Est est celle qui compte le plus d’arbitres avec un ratio impressionnant de 1,394.

« On a le District Mosellan qui mis en place un statut de l’arbitrage très strict il y a quelques années, explique Bastien Dechepy, coordinateur technique de l’arbitrage du Grand-Est. Mais on a aussi de très nombreuses actions mises en place par les bénévoles afin de sensibiliser à l’arbitrage dans les clubs et les écoles. Il faut saluer leur travail. »

La Ligue issue de la fusion entre Champagne-Ardennes, Alsace et Lorraine est aussi précurseur sur l’arbitrage féminin. « C’est un des axes prôné par la Fédération mais on travaille très bien sur la féminisation, avec notamment quatre arbitres fédérales dont deux internationale » ajoute celui qui officie aussi en Ligue 2. Des exemples sur lesquels peuvent s’appuyer les autres instances.


PARTAGER