Antoine Caroff va retrouver le maillot de la TA Rennes. (Photo Fred Annin)

Après deux saisons à l’US Saint-Malo (N2), l’attaquant auteur de onze réalisations en cinquante et un matches toutes compétitions confondues a décidé de revenir à la TA Rennes son club de cœur. Il s’est livré avant la reprise prévue fin juillet.

Antoine, qu’est ce qui vous a poussé à quitter l’US Saint-Malo ?
Je jouais un peu moins alors je me suis demandé si je devais rester à Saint-Malo. Pierre-Yves (David) ne m’a rien promis non plus. Du coup, il se trouvait qu’il n’y avait plus grand-chose pour que je reste à Saint-Malo car en plus j’ai mon boulot à côté. Avec les entraînements tous les jours cela ne m’arrangeait pas forcément. À ce moment-là, je me suis posé la question d’aller voir dans un autre club ?

Aviez-vous des contacts avec d’autres clubs pour rester en N2 ?
J’étais en contact avec d’autres clubs de National 2 mais finalement je n’ai pas eu envie de continuer à ce niveau. À cause des contraintes de temps notamment. Quand on fait quelque chose à côté, c’est quand même assez contraignant. Le foot à ce niveau demande énormément de temps. Il faut tout le temps être présent et on ne peut pas faire autre chose. Ce n’est pas ce que je recherche.

Que retenez-vous de cette expérience malouine ?
Je dirais la charge d’entraînement. Le niveau était élevé et c’est vrai que c’était plaisant de jouer contre des équipes avec des joueurs meilleurs techniquement, plus rapides, plus costauds, plus vifs. Je retiendrai en particulier le match de Coupe de France en trente-deuxième de finale contre La Berrichonne de Châteauroux (L2). Un match que l’on méritait de gagner mais finalement on s’est fait sortir. Il y a eu aussi le derby contre Saint-Brieuc où l’on gagne 4-3. On est mené 3-0, je rentre à la mi-temps et je mets deux buts dont le dernier qui offre la victoire. C’était la folie, je n’avais vu autant d’ambiance.

« Je n’ai plus envie de me prendre la tête ! »

Dans quel domaine pensez-vous avoir le plus progressé ?
Je ne sais pas trop mais je dirais devant le but. J’ai quand même été plus efficace malgré mon temps de jeu. En N2, on se procure moins d’occasions et on n’a pas beaucoup d’essais. Quand j’ai eu des occasions je ne les ai pas trop manquées.

Qu’est-ce qui a motivé votre choix de revenir à la TA Rennes ?
Déjà pour m’organiser par rapport à mon travail et pour récupérer du temps de jeu. J’avais aussi envie de revenir à la TA pour le plaisir de revoir des joueurs, des bénévoles et tous ceux qui supportent le club. Ça reste quand même mon club de cœur. Je sais que les gens ne m’ont pas oublié et je ne les ai pas oubliés non plus.

Comptez-vous vous inscrire maintenant durablement avec la TA Rennes ?               Je ne suis pas revenu que pour un an. Ce n’est pas le but. Je ne vois pas où est-ce que je pourrais aller ailleurs et il n’y a pas de raison que je bouge maintenant. Aujourd’hui, je n’ai plus envie de me prendre la tête et j’espère juste faire du mieux possible. Je pense que cela va bien se passer.

PARTAGER