Tribunal correctionnel
Photo Philippe Le Brech

Un ex-éducateur du FC Brionne (Eure) a été condamné à cinq ans de prison fermes pour agression sexuelle et corruption de mineur par le tribunal d’Evreux.

Le mardi 8 novembre, le tribunal judiciaire d’Evreux a condamné un ex-éducateur à cinq ans de prison fermes. Cet homme de 42 ans comparaissait pour des faits de corruption de mineurs et d’agression sexuelle sur un mineur. Educateur au FC Brionne (Eure), il avait tout d’abord créé des faux comptes sur les réseaux sociaux afin d’entrer en contact avec plusieurs mineurs âgés de 12 à 15 ans.

Il leur demandait des photos dénudées ou leur proposait des relations sexuelles en échange de cadeaux. Lors de l’enquête de gendarmerie, un de ces jeunes a confié avoir eu une relation sexuelle avec le quadragénaire. Interpelé puis placé en garde à vue en mai 2020, il a reconnu les faits. Mais il a été laissé libre par le Parquet dans l’attente d’investigations supplémentaires. Placé en détention en décembre 2020, l’éducateur de football a néanmoins réussi à entretenir une correspondance avec un jeune de 15 ans.

Pas d’interdiction de licence par les instances du foot !

« Ce qu’il a fait était réfléchi, a confié devant le tribunal une des jeunes victimes, comme le rapporte Paris Normandie. Il prenait beaucoup de plaisir dans les vestiaires. Cela lui arrivait de fantasmer sur deux ou trois jeunes. » Pourtant, le quotidien normand indique que le prévenu a assuré à la barre « ne pas être attiré par les enfants ». Ce qui n’a pas manqué d’interpeler le tribunal !

« Ce qui est inquiétant, c’est que vous n’avez pas conscience des faits que vous commettez » lui a d’ailleurs lancé la présidente Juliette Demaldent. Alors que le ministère public avait requis six ans, cet ex éducateur a été condamné à cinq ans de prison fermes. Selon nos informations, sa licence n’a pas été suspendue alors qu’il était mis en cause. Et il n’a jamais été interdit de licence par la Fédération Française de Football à ce jour. A méditer…

>>> Les bons conseils pour prévenir les violences sexuelles dans le sport

SHARE