Joie Vierzon
La joie des joueurs du Vierzon FC après leur qualification au Puy. (Photo Haute-Loire Football)

C’est un sentiment logique et sans doute partagé par beaucoup autour des deux clubs : au vu des équipes encore en lice, à Vierzon on est déçu et on espérait un tirage un peu plus sexy que le GF38 pour les 8èmes de finale de la coupe de France.

« On ne veut offenser personne, mais on est d’abord déçus, forcément« , estime le président du club Thierry Pronko dans des propos relayés par Le Berry. « En tant que club amateur, on rêvait de tomber sur une Ligue 1. Mais avec le coach, on a déjà rebondi, on s’est dit « pourquoi pas aller en quarts ? ». On va tout faire pour essayer de prolonger l’aventure et, à un moment donné, on finira bien par tomber sur une Ligue 1.« 

Pour cela la formation de National 2 devra donc passer l’obstacle grenoblois qui, s’il n’a pas l’aura d’un Paris Saint-Germain ou d’un Olympique de Marseille reste une belle équipe de Ligue 2, toujours en course pour l’accession en élite.

Pour mettre tous les atouts de son côté, Vierzon espère pouvoir jouer dans son antre habituelle et pas à Orléans ou Châteauroux qui pourraient être des solutions de repli. « Concernant le stade, on est aux normes à Brouhot. Reste à avoir l’accord de la FFF et du diffuseur mais ce soir j’ai un raisonnement sportif plutôt qu’économique. On a une chance de passer, saisissons-la et tentons de passer un tour de plus.« 

Le dernier représentant du football amateur ne compte en tout cas pas s’arrêter au stade des huitièmes.

SHARE