Certaines valeurs se perdent aujourd'hui comme peuvent en témoigner de nombreux techniciens.
(Photo Adobe Stock)

Vendredi soir, juste avant l’entraînement, les joueurs de Poligny-Grimont (Régional 2 Bourgogne Franche-Comté) ont convoqué leur entraîneur pour lui signifier son renvoi.

On pourrait en rire. Mais ce n’est pas vraiment le cas… car ce qui s’est passé vendredi soir à complexe sportif du Cosec à Poligny (Jura) est réellement innommable ! Quelques minutes avant l’entraînement, les joueurs de Poligny-Grimont ont « convoqué » leur entraîneur pour lui signifier… qu’il était viré !

« Ils m’ont convoqué au milieu du terrain autour de 20 personnes pour me dire que c’était fini pour moi, que les gens s’ennuyaient à l’entraînement, qu’il fallait plus de rigueur et qu’il fallait passer à autre chose » raconte Franck Nourry à nos confrères du Progrès. Pourtant, le technicien du club de Régional 2 Bourgogne Franche-Comté été confirmé dans ses fonctions par le club au mois d’avril.

Tout est parti d’une réunion entre les joueurs jeudi soir. Une partie de l’effectif ne souhaitait pas poursuivre sous les ordres du technicien, en place depuis cinq ans. « Ça fait cinq ans qu’il est là, il fallait redonne nouvelle motivation aux joueurs, a confié Fabrice Bullabois, le capitaine de l’équipe, au quotidien jurassien. Franck a fait un très bon boulot, il a rempli ses objectifs. Mais les joueurs avaient perdu l’envie. Une grosse partie des joueurs étaient d’accord pour qu’il parte. »

« Je me suis senti humilié ! »

Sauf qu’il y des manières de faire comprendre à son entraîneur qu’il y a une cassure. Mais pas celle-là ! « Je me suis senti humilié, blessé par les joueurs, a confié Franck Nourry. Faire ça sur le terrain c’est un vrai symbole, surtout devant les U18. J’ai rarement vécu un moment aussi pénible sur un terrain de foot. »

De son côté, le capitaine polinois admet que « c’est de la maladresse, on n’a peut-être pas eu assez de tact et je le regrette. » avant d’ajouter qu’il « lui souhaite le meilleur ». N’ayant plus rien à jouer dans le groupe C de Régional 2 Bourgogne Franche-Comté, les joueurs auraient au moins pu attendre les deux dernières journées de championnat. Histoire de se rappeler que Franck Nourry est avant tout un homme avant d’être leur entraîneur.


PARTAGER