Les féminines de l'US La Murette après leur victoire 6-1 contre l'US Chatte. Crédit photo : DR.

Si au niveau national les écoles de football féminines ont le vent en poupe, la crise sanitaire a entraîné une perte conséquente des licenciées chez les Seniors. A l’US La Murette, une équipe féminine à 8 a pourtant vu le jour en ce début de saison, à initiative de son nouvel entraîneur, Abdel Aït Hammou. Ce dernier nous en a dit plus sur ce projet, appelé à se développer dans les années qui viennent, et sur ses joueuses qui ont fait plus que répondre à ses attentes jusque là.

En ce début de saison, les féminines sont à l’honneur à l’US La Murette (38). A titre individuel, la jeune Sophie Pin, qui joue en équipe mixte U15, vient ainsi d’être convoquée pour un stage avec l’équipe de France U16.

Une jeune joueuse prometteuse qui pourra peut être un poursuivre encore un peu l’aventure au sein de son club de cœur. Depuis quelques semaines, une équipe seniors à 8 a en effet vu le jour, à l’initiative d’Abdel Aït Hammou, arrivé cet été à l’USM pour prendre en charge une équipe U17 masculine. « Cela faisait quelques années que le club souhaitait recréer une section féminine et comme de mon côté je connaissais quelques filles que j’avais coaché dans le passé et qui étaient demandeuses pour se lancer dans un nouveau projet… Tout était réuni », explique l’éducateur qui n’a pas traîné pour mettre en place cette nouvelle équipe.

« Passer à 11 la saison prochaine »

« C’est dur aujourd’hui de créer une nouvelle section mais on a réussi à boucler ça en 3-4 semaines. Je me suis occupé du recrutement des filles et j’ai pu compter sur le fort appui du club, qui a communiqué sur ses supports, qui nous a fourni des créneaux et qui m’a donné carte blanche sur le projet. Je remercie d’ailleurs le président Jean-Noël Bouffar Roupé et le directeur Cyril Martin pour leur confiance. »

Des dirigeants qui ne regrettent pas leur choix. 14 joueuses, âgées de 16 à 27 ans, portent aujourd’hui les couleurs du club. Au sein de leur poule de brassage, les filles d’Aït Hammou ont même débuté par une victoire à Liers – « 3-1 chez une super équipe » – avant de s’incliner pour leur deuxième match, amoindries par un nombre important de blessées.

Si pour ces compétitrices le résultat est important, l’essentiel reste ailleurs. « L’objectif est avant tout de prendre du plaisir cette saison. Dès l’an prochain nous souhaitons passer à 11, c’était donc également une étape importante de se lancer à 8 cette année. L’objectif de l’équipe fanion masculine (qui évolue cette saison en D1, ndlr) est de retrouver le R3 ; réglementairement le club devra donc disposer d’une équipe féminine, cela nous permet donc aussi d’anticiper à ce niveau là. Et pourquoi pas derrière réfléchir à développer un réservoir plus jeune pour donner la possibilité à nos joueuses de s’épanouir. »

« L’impression qu’elles ont fait du foot toute leur vie »

Le technicien de l’US La Murette s’épanouit également, en compagnie de son adjoint Redouane Mebarki, auprès d’un groupe travailleur et demandeur. « On a vraiment une super dynamique, une très bonne cohésion entre des filles qui n’avaient pourtant pas le même niveau de pratique au départ. Les plus expérimentées encadrent les plus novices. Elles ont envie, ça fait plaisir. Certaines habitent un peu plus loin (Grenoble, Voreppe, Voiron, la Buisse…) mais n’hésitent pas à faire des kilomètres pour venir chaque semaine. Et ce que j’aime le plus, c’est que quand elles ne comprennent pas quelque chose, elles le disent et me demandent plus d’explications. Chez les garçons que j’entraîne c’est souvent le contraire : je demande s’ils ont compris, ils me disent oui et je vois que ce n’est pas le cas (rires). On est vraiment dans la transmission, on bosse tactiquement… Les débutantes qui nous ont rejoint m’épatent, elles assimilent très vite, j’ai l’impression qu’elles ont fait du foot toute leur vie. »

Un coach qui pour conclure a tenu à adresser un clin d’œil à ses joueuses en les nommant : « Nos quatre confirmées que j’avais déjà coaché dans le passé Angèle, Sarah, Rachel et Linda à qui je fais un clin d’œil spécial parce qu’elle vient de se faire les croisés ; notre gardienne Cassandra qui n’était pas du tout gardienne jusqu’à cette saison et qui réalise des matchs très satisfaisant ; la capitaine Lilia, exemplaire avec ses coéquipières et dans son rôle de leader ; et Djenna, Orlane, Claire, Shérine, Meissa, Julie et Dana qui progressent toutes de jour en jour. »

A l’US La Murette le football féminin a trouvé sa voie. Et si ce groupe n’en est qu’au tout début du chemin il met en œuvre tous les ingrédients pour que le voyage soit un plaisir et une source de progression.

SHARE