AS Padoux
Photo AS Padoux

Alors que les émoluments de certains techniciens amateurs flambent, le président de l’AS Padoux ne souhaite pas entrer dans ce système de surenchère.

A l’AS Padoux, club de D1 du District des Vosges avec 155 licenciés, l’entraîneur Pierre-Olivier Roth a annoncé son départ après cinq ans à la tête de l’équipe fanion. Le président Paul Rasquin cherche donc un nouveau technicien pour la saison prochaine… mais avec une certaine idée de ce qu’il souhaite.

« Nous avons de l’argent mais il est hors de question de payer le coach des seniors pour deux séances d’entraînement par semaine et un match le week-end, assure le dirigeant padousien à nos confrères de Vosges Matin. C’est l’histoire du club, où ce n’est que bénévolat. Je ne veux pas déstructurer ça. L’argent dans un club amateur d’une dimension rurale comme le nôtre a prouvé que ça peut faire vaciller le club. »

« Pour moi, aujourd’hui, le football est malade ! »

Un discours qui paraît presque comme un OVNI dans le monde du football en 2021 ! « Je ne pense pas, précise-t-il. Beaucoup sont conscients qu’une association, c’est du bénévolat. Maintenant, tout le monde s’est habitué à une logique, un modèle économique qui dit que si je suis coach à tel ou tel niveau, je demande à être payé, mais nous non. Je ne vois pas pourquoi une personne doit se rémunérer au détriment des autres. Je trouve honteux que l’on utilise l’argent des licenciés pour enrichir quelqu’un. »

Malgré cette annonce, Paul Rasquin reste optimiste. « Je recherche un profil d’entraîneur qui pense comme nous, qui est dans le même état d’esprit, affirme-t-il. Nous sommes d’abord une association, avec un rôle social et associatif, sans but de faire de l’argent, ce qui est contraire au mot associatif. Pour moi, aujourd’hui, le foot est malade. » En tout cas, c’est une philosophie qui est dans la lignée du football amateur, celui “d’en bas”, comme on l’aime.

SHARE