Condamné par la cour d’appel de Metz pour une dette Urssaf, le club mosellan a décidé de ne pas terminer la saison. Une triste fin pour un club plus que centenaire.

C’est un monument du football mosellan qui va s’éteindre. Fondé en 1910, la Société de Gymnastique de Marienau Forbach va en effet mettre la clé sous la porte la semaine prochaine. Ce mardi, une assemblée générale extraordinaire devrait entériner la dissolution de l’association ainsi que la désignation d’un liquidateur. La cause ? Une nouvelle condamnation de payer un arriéré de 21 000 euros à l’URSSAF par la Cour d’Appel de Metz.

« On n’a plus d’argent, on ne peut pas payer donc on n’a pas d’autre choix que de dissoudre » a affirmé le président Joseph Nowak à nos confrères du Républicain Lorrain. Et la mairie ne veut pas mettre la main à la poche. « Si on le fait pour la SG Marienau, on devra le faire pour toutes les autres associations et ce n’est pas possible, a expliqué Patrice Sansonnet, l’adjoint au sport de Forbach, sur Radio Mélodie. Mais cette possible dissolution ne fait pas plaisir. »

Longtemps le plus gros club mosellan !

Car la SG Marienau est un club qui a marqué l’histoire du football mosellan. Si son équipe fanion n’a jamais été plus haut que le CFA2 (1996-1997), le club du bassin houiller a surtout été un des plus gros clubs de l’ex-Ligue de Lorraine avec une pointe à 651 licenciés en 2003-2004. Très loin des 81 licenciés de cette saison 2018-2019 ! Et aujourd’hui, plus aucun ne joue au football puisque les deux équipes seniors (D2 et D4) ainsi que les équipes U15 et U13 sont forfait général.

Des problèmes financiers ont commencé à miner le club au début des années 2000. La fameuse Fête de la Bière, qui se déroulait chaque mois d’août, a aussi creuser le déficit. Une première fusion avec l’US Forbach a été refusée par les membres du club en 2009… puis une autre il y a tout juste un an avec le FC Creutzberg, un autre club de quartier de Forbach. Donc à moins d’un repreneur miracle qui épongerait les dettes, la SG Marienau va disparaître ce mardi soir.


PARTAGER