RC Cholet
Les joueurs du racing Club de Cholet ont vécu une belle saison. (Photo Lisa Paquereau)

Né en mai 2021 du rapprochement entre le Football club des Portugais et la section foot de la Jeune France, le Racing Club de Cholet se veut ambitieux.

Essayer de se développer son club avec la seule casquette de “Cholet Portugais” n’était plus possible. Président du club depuis 2016, Hakan Kosucu l’avait bien compris. C’est dans cette optique qu’il s’est orienté en fin de saison dernière vers un rapprochement avec des membres dissidents de la Jeune France, soutenu dans son projet par Joseph Auger, le président délégué de la section football de ce club, pour créer le Racing Club de Cholet. 

« Les restrictions de la Ligue et du District poussent de plus en plus de clubs à se structurer, explique-t-il. Et à Cholet les infrastructures ne sont pas extensibles. Il nous fallait fédérer des gens motivés, trouver d’autres bénévoles, d’autres acteurs pour avoir la garantie d’exister et de ne pas disparaître. Ce rapprochement s’est donc fait naturellement. »

Aujourd’hui, le Racing Club de Cholet n’a plus rien à voir avec ce qu’il était auparavant. Il s’est doté d’un organigramme bien structuré, avec des dirigeants responsables à chaque poste clé, des éducateurs diplômés, des équipes de jeunes dans toutes les catégories, une section futsal, une section féminine en devenir. Bref pour les 307 licenciés du club, tous les voyants sont au vert !

Okan Kosucu, la patte du coach du Racing Club de Cholet

Depuis son arrivée au poste d’entraîneur en 2016, Okan Kosucu a emmené le club de Départemental 2 en Régional 2. « C’est une chose logique que de voir le RCC monter en R2, puisque le club tournait autour ces dernières années, lors des deux exercices marqués par la pandémie » assure-t-il. Najib Melhi, ancien joueur professionnel d’Angers SCO et ex-international marocain dans les années 80, le seconde dans sa tâche.

Second de sa poule de Régional 3 en 2018-2019, à 5 points de Luçon, le club a été privé de montée la saison suivante alors qu’il était en tête avant l’arrêt des compétitions à cause du fameux coefficient mis en place par la FFF. En 2020-2021, après un très bon début ponctué par quatre victoires en quatre journées, la compétition a été stoppée à cause du Covid. Cette saison a donc été celle de la montée en Régional 2 avec 14 points d’avance sur le deuxième, ainsi que la meilleure attaque et la meilleure défense du groupe. 

Un recrutement de qualité pour le Régional 2 

Pour apporter une plus-value à l’équipe, le staff souhaitait recruter un élément par ligne. Ce sera chose faite, et bien faite, avec les arrivées de Ismaël Chaaouane (défenseur, ex SO Cholet – R2), Edouard Guilbauld (milieu axial, ex Vendée les Herbiers – R1), Sébastien Morcel (attaquant, ex ChristopheSéguinière – R3), et Aiman Bani (attaquant, ex SC Beaucouzé – R1), qui viendront renforcer le groupe d’Okan Kosucu, ou tous les cadres actuels (Diouf, Ernoul, Vachet, Cécilie, Ndoye, ou Abahlil) ont prolongé.

Quand on lui demande comment il envisage la saison prochaine le technicien choletais ne veut pas s’enflammer. « Nous allons découvrir un nouveau championnat et on prendra les matchs les uns après les autres mais notre objectif est bel et bien de finir dans le haut de tableau. » Et quand on connaît l’homme et son esprit compétiteur, on sait ce que cela veut dire. Il aspire au plus vite à voir évoluer le Racing Club de Cholet en Régional 1 !

SHARE