Abbeville (Stade Paul Delique) (2)
L'entrée du stade Paul-Delique à Abbeville. (Photo Philippe Le Brech)

Durant une décennie, le stade Paul-Delique a été le théâtre des exploits du SC Abbeville en D2. Une enceinte qui porte le nom du fondateur du club.

Notre rubrique Un stade, Une histoire s’intéresse cette semaine au stade Paul-Delique d’Abbeville. Inaugurée en 1922, l’enceinte de la sous-préfecture de la Somme porte le nom d’un des fondateurs du club. Comme le rapporte le site Abbeville-passion.fr, c’est un soir d’hiver 1901 qu’une bande de douze copains a décidé de créer une équipe de football. Le Foot-Ball Abbevillois était né. Son premier match officiel a eu lieu le 26 janvier 1902 face au lycée d’Amiens avec une large victoire (13-0).

Quelques mois plus tard, le Sporting Club Abbevillois naît officiellement avec la déclaration en sous-préfecture le 24 décembre 1902. Si le premier président a été le Docteur Claude Neuilles, Paul Delique lui a succédé en 1918. Devant le succès du club de sport, l’idée de bâtir un stade germe dans la tête des dirigeants. Le président de SCA arrive à obtenir un terrain d’un peu plus de 5 hectares « pour la somme de 27 722 d’anciens Francs (environ 31500 euro)». Situé chemin des postes, le stade a été inauguré le 24 septembre 1922.

Le terrain principal du stade Paul-Delique. (Photo Philippe Le Brech)

9 565 spectateurs contre le Paris Saint-Germain

Le stade comprend alors deux terrains de football, un terrain de hockey, une piste de course à pied et une ligne droite de 250 mètres, un terrain de basket, trois courts de tennis, un court de longue paume et un terrain de jeux réservé aux enfants des écoles. Initialement nommé stade des sports, il va devenir stade Paul-Delique en hommage à ce président qui se sera battu pour sa création.

Le record de fréquentation est de 9565 spectateurs lors du seizième de finale retour de la coupe de France 1982-83 face au Paris Saint-Germain où le SC Abbevillois s’offre une belle victoire (1-0) mais il est éliminé après sa défaite à l’aller (0-2). Surnommé L’enfer du Nord, le stade Paul-Delique est régulièrement utilisé par les clubs régionaux qui ne peuvent pas utiliser leurs terrains en coupe de France comme ce fut le cas de Nouvion cette saison.

PARTAGER