Manceaux et Caennais ne pourront se retrouver ensemble en National 3 à partir de la saison prochaine.
Manceaux et Caennais ne pourront se retrouver ensemble en National 3 à partir de la saison prochaine. (Photo Lucien Martin)

Fusion des Ligues, nouveaux championnats… le visage du football amateur va être modifié en profondeur. Notre rédaction fait le point.

La France du football ne compte plus que treize Ligues au lieu de vingt-deux depuis quelques mois. Des fusions qui se sont faites plus ou moins dans la douleur comme en Nouvelle Aquitaine où les discussions ont été parfois houleuses.

Ces nouvelles Ligues vont d’ailleurs connaître leur équipe dirigeante courant janvier. Si en Bretagne (7 janvier), Normandie (14 janvier) et Pays de la Loire (21 janvier), une liste unique sera présentée aux clubs, ce ne sera pas le cas en Nouvelle Aquitaine. Les deux anciens présidents Henri Monteil (Centre Ouest) et Amador Carreras (Aquitaine) vont s’affronter dans une lutte fratricide alors que l‘arbitre international Saïd Ennjimi va tenter de créer la surprise. Trois listes pour des élections (21 janvier) qui s’annoncent plutôt serrées.

Le National 3, est-ce vraiment une bonne idée ?

L’autre gros changement qui sera acté en 2017 est la réforme des championnats nationaux. National 1, National 2 et National 3 vont respectivement remplacer National, CFA et CFA2. Et le dernier niveau fédéral sera désormais réservé aux équipes d’une même Ligue. Fini les rencontre entre Bressuire et Les Herbiers ou entre Vertou et Saint-Brieuc. Le National 3 va donc s’apparenter à un super niveau de Ligue… dommage car mixer les clubs de différentes Ligues permettait de voir un autre football mais surtout le niveau sportif n’est le même dans toutes les Ligues.

Cette réforme va donc modifier en profondeur le visage du football amateur avec dans certaines Ligues de nombreuses montées en fin de saison… ce qui sera le cas en Bretagne et Normandie qui auront cinq ou six accessions de Division d’Honneur. Ce sera plutôt trois, quatre ou cinq en Pays de la Loire et Nouvelle Aquitaine mais avec une part égale entre les DH des anciennes Ligues. Ces montées supplémentaires vont donc chambouler la pyramide des championnats régionaux qui n’auront que trois niveaux à l’horizon 2017-2018 (Bretagne, Normandie) ou 2018-2019 (Pays de la Loire, Nouvelle Aquitaine).

Plus de clubs nationaux, moins de clubs régionaux

Le changement le plus important sera donc pour les championnats de Ligue qui ne compteront que trois niveaux (Région 1, Région 2, Région 3), ce qui amène (enfin) une harmonisation au niveau fédéral. Mais cela va amener des descentes supplémentaires vers les championnats de Districts dont le premier niveau sera ainsi renforcé.

Une nivellation par le bas pour les championnats nationaux avec des clubs supplémentaires et une nivellation par le haut pour les championnats régionaux avec moins de clubs, c’est ce qu’il faut principalement retenir de cette réforme.

 

PARTAGER