Tribunal correctionnel
(Image Adobe Stock)

Un an après la découverte des faits, le jeune éducateur de Ribérac (Dordogne) a été sanctionné par la justice et la Ligue de Nouvelle-Aquitaine.

L’affaire avait fait grand bruit à Ribérac (Dordogne) début novembre 2020. Un éducateur du club – âgé de 24 ans – avait envoyé des photos dénudées à trois joueuses âgées de 14 et 15 ans. Les faits s’étaient déroulés l’été précédent. Le 15 juin 2021, la commission de discipline de la Ligue de Nouvelle-Aquitaine avait traité le dossier après une procédure d’instruction. Le jeune homme avait été suspendu à titre conservatoire dans l’attente de sa comparution au tribunal correctionnel de Périgueux.

Le 6 octobre 2021, Julien* a été condamné à 18 mois de prison avec sursis ainsi qu’à des amendes à verser pour préjudice moral aux victimes. « A vous écouter, vous banalisez les faits qui vous sont reprochés, avait fustigé le représentant du Parquet, comme indiqué par la Dordogne Libre. Vous avez fait usage des réseaux sociaux pour assouvir vos pulsions et pervertir la jeunesse. » Une peine de 24 mois avec sursis avait d’ailleurs été demandée à son encontre.

L’éducateur interdit d’exercer cinq ans avec des mineurs

En plus de cette peine de 18 mois avec sursis, l’éducateur ribéracois a été condamné à une interdiction d’entrer en contact avec les trois mineures victimes et à une interdiction d’exercer une activité avec des mineur(e)s durant cinq ans. A la suite de ce jugement du tribunal correctionnel, la commission de discipline de la Ligue de Nouvelle-Aquitaine a donc réouvert le dossier la semaine dernière.

« Considérant que Julien* a fait parvenir son jugement dans lequel est mentionné, entre autres, une interdiction d’exercer une activité professionnelle ou bénévole impliquant un contact habituel avec des mineurs pour une durée de cinq ans (…) Considérant, dans ces conditions, qu’il y a lieu de maintenir l’interdiction d’être licencié à la F.F.F. au moins le temps de sa sanction privative de liberté, à savoir cinq ans. » Il est donc suspendu jusqu’au 15 juin 2026.

* Prénom d’emprunt

SHARE