Thomas Cotty : « Le choix d’arrêter le foot s’est imposé à moi ! »

Le défenseur de l'US Concarneau a choisi de privilégier sa vie professionnelle plutôt que le football.
Le défenseur de l'US Concarneau a choisi de privilégier sa vie professionnelle plutôt que le football. (Photo DR)

La semaine dernière, Thomas Cotty a annoncé à l’US Concarneau qu’il souhaitait arrêter de jouer au football. A 29 ans, le défenseur latéral n’avait plus le temps de concilier les exigences du National et son métier d’agriculteur à Saint-Pol-de-Léon. 

Ta décision d’arrêter a officiellement été annoncé hier. C’était mûrement réfléchi ?
« J’avais déjà pensé à arrêter le football la saison dernière. Deux solutions s’offraient à moi :  soit on ne montait pas et je tirais ma révérence, soit on accédait au National et je continuais au moins une saison. »

Tu avais donc décidé de continuer cette saison…
« En fait, tout s’est enchaîné très vite après la dernière journée de CFA. J’ai rencontré l’entraîneur et le président qui voulaient que je continue. Je n’ai pas eu le temps de la réflexion à ce moment-là. La reprise est arrivée aussi rapidement et comme je suis en pleine saison agricole, je me suis vite rendu compte que ce serait compliqué de concilier les deux. En terme d’organisation, ça devenait impossible de faire trois heures et demi de route par jour ! »

« A Concarneau, ils ont compris ma démarche. »

Ta blessure n’a donc pas jouée dans ta décision ?
« Non pas du tout. J’ai aussi été blessé la saison dernière puis ensuite j’ai joué tous les matchs. J’ai même marqué lors de la dernière journée, le match pour la montée en National ! L’effectif n’est pas si dense et je pense que j’aurais eu un peu de temps durant la saison. »

Comment les gens ont-il réagi à l’US Concarneau ?
« Nico et Jacques (Nicolas Cloarec, son entraîneur, et Jacques Piriou, son président, NDLR) ont été surpris mais ils ont tout à fait compris ma démarche. Ils ont toujours été francs avec moi donc je devais être sincère sur mes intentions. Et puis je retiendrais les bons moments que j’ai vécu au club pendant deux ans. »

Thomas Cotty a même des clients prestigieux, à l'image de Didier Deschamps, Concarnois d'adoption.

Thomas Cotty a même des clients prestigieux, à l’image de Didier Deschamps, Concarnois d’adoption. (Photo DR)

« Même si je suis une bille, j’ai pris une licence de tennis ! »

Mais tu comptes arrêter définitivement ou trouver un autre challenge, moins contraignant ?
« Pour le moment, j’arrête le foot. Je ne suis pas passionné au point de regarder les matchs à la télévision. On verra donc si ça me manque. Et puis les matchs en amateur se jouent généralement le dimanche et c’est ma plus grosse journée de boulot avec les marchés ! J’ai pris une licence de tennis même si je suis une bille. J’ai aussi d’autres activités, comme la pêche. »

Te reverra-t-on tout de même à Concarneau ?
« Je vais essayer de venir au marché de Concarneau, le vendredi matin. Comme ça, j’irai voir les copains lors des matchs à domicile au lieu de leur collation puis dans les tribunes. Et l’énergie que je ne mettrai plus dans le foot, je la mettrai désormais dans mon exploitation agricole ! »

Découvrez Savez-vous planter les choux le site internet de Thomas Cotty et Maxime Perrot !