Romain Tricard joue en équipe fanion à Montauban-de-Bretagne mais il est aussi un bénévole très engagé !
Romain Tricard joue en équipe fanion à Montauban-de-Bretagne mais il est aussi un bénévole très engagé ! (Photo The Stadium)

A 23 ans, Romain Tricard est une des chevilles ouvrières de l’OC Montauban dont il gère notamment la communication. Il se confie pour l’Instant bénévole.

Quand as-tu débuté le football ?
« J’ai tout d’abord commencé le football à l’âge de 6 ans à l’OC MONTAUBAN avec mes copains d’école. Cela fait donc 17 ans que je joue au football dans mon club. Par la suite, j’ai pu passer par toutes les catégories de jeunes en jouant notamment au plus haut niveau régional (DH), en -13 (U15) et -15 (U17). En U19, j’ai pu réaliser un très beau parcours en coupe Gambardella jusqu’en 64ème de finales avec une défaite 3-0 face à Laval (National). On avait une très bonne génération… Enfin, c’est tout « naturellement » que j’ai pu arriver en équipe A des seniors (R2, anciennement DSR) au poste de latéral droit depuis maintenant 4 ans déjà. Mon plus beau souvenir en seniors restera notre victoire face au Stade Briochin (anciennement CFA2) en coupe de France, le jour de mes 20 ans avec une nuit blanche la veille… Il faut donc maintenant se battre à chaque match pour garder notre place jusqu’à tant que l’on pourra et progresser au maximum. »

Pourquoi n’as-tu jamais changé de club ?
« Je n’ai jamais voulu changer de club car j’ai tout appris ici… c’est ma ville. L’objectif numéro 1 au club reste la formation, amener le plus de joueurs jusqu’en équipe A en seniors. Aujourd’hui, 95% de l’équipe fanion est représenté par des joueurs formés au club, ce n’est pas rien ! De ma première année de football à aujourd’hui, j’ai toujours joué avec ma génération de potes. J’ai pu gravir les échelles de la plus petite des catégories jusqu’en seniors avec la même envie, tout donner sur le terrain pour mes couleurs. Je suis un peu le « Romain Danzé » de l’OC MONTAUBAN Football… Pour moi, à partir du moment où tu as tout dans ton club pour progresser et être heureux sur le terrain, il n’y aucune raison d’aller voir ailleurs, tu dois mouiller le maillot ! Ici, on peut allier copains et compétition. C’est ça qui est top ! Ce que l’on a dans notre club, on ne le voit que très peu ailleurs. Aujourd’hui, c’est l’esprit club qui fait notre force. »

« Il est parfois difficile de trouver des bénévoles ! »

Que penses-tu du rôle de bénévole, du temps que ça prend ?
« Un club comme le nôtre n’aurait pas pu arriver à ce stade là sans ses bénévoles. Nous sommes plus de 450 licenciés et que ce soit durant la semaine où le week-end, chacun sait y apporter du sien. Des plus jeunes aux plus anciens, tout le monde y trouve sa place. Le club sait les remercier car dans le contexte actuel, il est parfois difficile de trouver des bénévoles, surtout quand nous ne sommes quasiment pas aidés par la municipalité (terrains catastrophiques par exemple…). Pour ma part, j’ai vite pu aider bénévolement en coachant des équipes jeunes durant quatre saisons. Maintenant, j’ai pris un peu de recul par rapport au travail d’éducateur. »

Mais tu restes très impliqué dans le club ?
« Oui car j’ai pu intégrer le bureau et je gère toute la communication d’un point de vue animation avec la gestion des réseaux sociaux (Facebook, Twitter, YouTube) et le site officiel qui me demande un temps vraiment conséquent. Je suis tous les jours connecté pour transmette des informations ! Je trouve ça vraiment sympas que les clubs se développent aujourd’hui d’un point de vue communication. Cela le rend dynamique et on peut donner facilement une bonne image à une grande communauté, mais je fais surtout cela par passion. Même les plus anciens s’y mettent et apprécient ! L’année dernière par exemple, pour notre beau parcours en coupe de Bretagne (1/4 de finales), j’ai réalisé un teaser qui a fait plus de 23 000 vues sur Facebook avec la présence en vidéo de journalistes comme Hervé Mathoux de Canal +, Olivier Rouyer de l’Équipe… et des joueurs professionnels. Cela fait toujours parler du club et en bien, c’est ça qui est cool. »

Te vois-tu un jour changer de club ?
« JAMAIS ! J’ai tout pour être heureux ici. Des bons amis sur le terrain, des entraîneurs qualifiés avec qui j’ai de bonnes relations, de bons présidents, des jeunes et anciens avec qui je m’entends très bien… l’ambiance y est parfaite. L’OCM, c’est une deuxième famille, et ici, on a le cœur vert et blanc ! »

PARTAGER