Le stade Guy-Lefort de Lambersart a été le théâtre d'une bagarre générale.
Le stade Guy-Lefort de Lambersart a été le théâtre d'une bagarre générale. (Capture d'écran Google)

La rencontre entre l’Iris Club de Lambersart et Tourcoing Bourgogne a été interrompue après une bagarre déclenchée par… l’arbitre assistant.

Faut-il continuer de tirer la sonnette d’alarme ? Car la violence est toujours bien présente au quotidien sur les terrains de football amateur. Ce fut d’ailleurs le cas ce dimanche après-midi au stade Guy-Lefort de Lambersart. La réserve de l’Iris Club recevait Tourcoing Bourgogne en Deuxième Division de District. A la fin de la rencontre, un joueur local a durement taclé un Turquennois. Mais avant que l’arbitre central n’intervienne, l’arbitre assistant de Bourgogne s’est précipité sur l’auteur de la faute.

Cette intrusion a provoqué une bagarre générale durant laquelle un joueur de Lambersart a été roué de coups par plusieurs adversaires alors qu’il se trouvait au sol. Il a du être évacué par les pompiers vers le CHR de Lille tandis que la rencontre n’a jamais repris. Le District des Flandres va devoir faire la lumière sur les faits et identifier les différents protagonistes.

Mais les sanctions pourraient une nouvelle fois très lourdes car acte de brutalité et coup en dehors d’une action de jeu peut être puni de deux ou trois ans suivant si la victime a subi une ITT de plus ou moins de huit jours. Des sanctions qui ne sont pas toujours suffisamment lourdes…

PARTAGER