Club de copains, l'AS La Croix-Héllan va retrouver son ancien entraîneur.
Club de copains, l'AS La Croix-Héllan va retrouver son ancien entraîneur. (Photo DR)

Deuxième ex-eaquo en deuxième division de district, l’AS Croix-Helléan s’est séparé de son entraîneur. Même si les résultats ne sont évidemment pas mis en cause.

« On commence à beaucoup entendre parler de cette histoire ! » Benoît Leblanc soupire mais il va raconter les raisons qui l’ont poussé à se séparer de son entraîneur alors que les résultats étaient au rendez-vous. Pour comprendre les raisons de cette séparation, il faut revenir à l’été 2017. Arnaud Le Gall, l’ancien entraîneur de l’équipe une de Croix-Helléan, quitte le club pour rejoindre un niveau supérieur. Benoît Leblanc et sa co-présidente décident alors de prospecter pour trouver un nouveau technicien et ils engagent Patrick Prévost. « Il a pris l’équipe en main au début du mois d’août et les débuts étaient encourageants. Mais au fur et à mesure que les semaines passaient, on a senti que ça se dégradait. »

En cause : des entraînements qui n’étaient pas à la hauteur de ceux de la saison d’avant.  « C’était clairement la qualité des entraînements qui n’allait pas, explique Jimmy Chefdor, joueur au club depuis sept ans. Les gars ne voulaient plus s’entraîner pour la plupart mais le coach ne s’est jamais remis en question. Il nous a fait faire des séances avec du rugby, des mêlées, on ne s’y retrouvait pas du tout… Et puis sur le plan physique, ce n’était pas ça non plus. »

Les joueurs commencent alors à se plaindre auprès des dirigeants et certains envisagent de quitter le club à la fin de la saison et même à la trêve hivernale si la situation ne s’arrange pas. « Le vendredi 8 décembre, la semaine juste avant la trêve, nous l’avons rencontré pour lui demander d’améliorer ses séances, indique Benoît Leblanc. L’entraînement suivant a été catastrophique. On a eu pas moins de sept joueurs qui ont appelé pour nous le signaler. Le mardi 12, nous avons alors pris la décision d’arrêter avec Patrick. » Joueurs comme président le soulignent quand même avec véhémence : le problème n’est pas humain car tous louent la gentillesse de l’entraîneur.

« Je ne comprends toujours pas cette décision ! »

Comment expliquer alors une telle réussite en championnat où l’ASCH a remporté neuf matchs et n’en a perdu que deux ? Jimmy Chefdor donne son avis. « Je pense que ça s’explique par notre noyau de joueurs qui évolue ensemble depuis plusieurs années. Et le travail réalisé par le coach l’année dernière porte encore ses fruits. Pour moi, c’était grâce à lui qu’on avait de tels résultats. Si on avait gardé Patrick, je pense que la deuxième partie de saison aurait pu être beaucoup plus compliquée ».

Mais cette décision passe mal auprès de l’intéressé, forcément. « Je ne l’ai pas comprise et avec du recul, je ne comprends toujours pas, assure Patrick Prévost. C’est vrai que je viens d’un niveau un peu supérieur et je me dis que j’aurais certainement dû avoir un comportement et un discours de coach différent. Je leur en ai peut-être trop demandé et voilà le résultat. »

Car pour lui, le problème ne viendrait pas tant de ses entraînements que de ses attentes. « C’est une bande de copains qui souhaitait juste se retrouver le dimanche sans avoir de pression supplémentaire, concède-t-il. C’est certainement mon discours qui les a dérangés plus que ma façon de faire pendant les entraînements. Je mettais en place des phases de jeu, des systèmes de jeu contre l’adversaire et ils n’étaient vraiment pas préparés à ça ».

« Même en district, on joue pour gagner ! »

Lui aussi confirme qu’il n’y a pas de problème d’entente avec les dirigeants qui lui ont même envoyé des messages de vœux pour la nouvelle année. Il regrette juste un manque de communication qui abouti à une situation à laquelle il ne s’attendait pas. « Je me suis trompé car j’aurais peut-être dû avoir un discours niveau district et pas celui du niveau que j’ai connu. Mais ce que je ne comprends pas, c’est qu’on ne veuille pas faire des efforts pour gagner et avoir des résultats. Même en district, on joue pour gagner ! »

Le groupe ne semblait pas dans le même état d’esprit, c’est ce qui a causé cette inévitable rupture. « L’objectif n’est pas de monter, souligne Jimmy Chefdor. On prend les matchs, on se fait plaisir mais ce n’est pas un objectif. Si on monte, tant mieux, mais on n’en fera pas une histoire si ce n’est pas le cas. On préfère ne pas se prendre la tête. Ce n’est pas une question qu’il nous mettait la pression, c’est juste qu’on joue pour le plaisir et on verra bien ».

L’AS Croix-Helléan a en tout cas déjà trouvé son nouvel entraîneur : celui de la saison dernière, revenu alors que ça ne se passait bien avec le club où il évoluait. Même si ce retour divise un peu, « surtout les joueurs de la B, du fait qu’il soit parti et qu’il revienne » explique Jimmy Chefdor. Malgré plusieurs sollicitations, Patrick Prévost a quant à lui décidé de s’accorder une pause de plusieurs mois avant de se remettre à la recherche d’un club pour la saison prochaine. Gageons que tout ce petit monde réussira à trouver son bonheur dans les mois à venir et puisse, pourquoi pas, rire de cette anecdote dans quelques années : ce n’est pas tous les jours qu’un club aussi bien classé se sépare de son entraîneur !

PARTAGER