Photo Adobe Stock

C’est malheureusement devenu une habitude. Notre rédaction fait le point sur quelques agressions vues sur les terrains de football ces derniers jours.

La Violence n’a plus de limites. Dimanche matin, à Valréas (Vaucluse), un jeune arbitre de 18 ans a été frappé à la tête lors d’une rencontre de la catégorie… U15 ! Les faits se sont déroulés peu après l’heure de jeu. Orange menait au score (7-6) lorsque des joueurs s’en sont pris au jeune directeur de jeu. Une scène terrible qui aurait pu être pire sans l’intervention du père de la victime. Pompiers et Gendarmes sont arrivés rapidement sur les lieux et le jeune arbitre a été emmené à l’hôpital fortement commotionné. Cinq jours d’ITT lui ont été prescrit.

Un autre jeune arbitre a été agressé vendredi dernier lors d’un match de Régional 3 de la Ligue de Martinique entre l’UJ Redoute et le CS Bélimois. Le club recevant à indiqué que « les 2 joueurs incriminés ont présenté spontanément leurs excuses au jeune arbitre dans le vestiaire de ce dernier, dès la fin du match ». Mais l’instance régionale s’est immédiatement saisie du dossier. « Il y a eu des incivilité, une agression verbale et une agression physique, précise Jean Claude Varru, secrétaire général de la Ligue de Football de Martinique à RCI. Le procureur de la République a déjà été alerté. La commission de discipline se réunira dès cette semaine. »

Un match arrêté dans l’Aube après des coups de feu !

Dimanche matin, c’est un match de Régional 2 Occitanie entre l’AS Saint-Privat et le Stade Balarucois qui a été arrêté après une bagarre générale entre joueurs. « C’était du grand n’importe quoi, ça n’avait rien à voir avec du football. Ça me dégoûte plus qu’autre chose » regrettaient lundi matin plusieurs acteurs des deux équipes selon notre site partenaire Football-Club 34 qui relève toutefois que les entraîneurs et dirigeants des deux équipes ont eu un très bon comportement pour stopper l’échauffourée. Mais c’est un triste spectacle pour une rencontre de l’antichambre de l’élite régionale.

Dans le Grand-Est, c’est le dimanche de Pâques qui a vu une rencontre de coupe départementale arrêtée par l’arbitre à La Chapelle Saint-Luc dans l’Aube. Comme le rapporte la commission des compétition du District, l’arbitre officiel « relate des heurts opposant des individus qui ont fait usage d’armes, des coups de feux ayant retenti ». Il a d’ailleurs estimé que « la sécurité des joueurs, des officiels et des personnes présentes sur le terrain n’étant pas garantie », précisant que « des incidents avaient eu lieu avec ces mêmes individus lors de la mi-temps du match mais le calme étant revenu ».

PARTAGER